Infographiste 101 : Processus d’un document imprimé

Les gens font appel à l’infographiste pour s’occuper de monter un document promotionnel ou informatif, souvent parce qu’ils n’ont pas le temps ou les capacité pour le faire eux-même. Certains trouvent que le tarif demandé pour un «simple dépliant» est exagéré… C’est qu’ils ne comprennent pas toutes les étapes et le temps investi dans ce «simple dépliant» de 2 pages! J’ai donc pensé démystifier un peu le processus, pour que vous sachiez à quoi vous en tenir lorsque vous avez un projet en tête.

Rencontre du client

Établissement des besoins, du but, des goûts du clients, du budget. Peut s’étaler sur 1 ou 2h, mais peut parfois nécessiter plusieurs rencontres.

Première maquette

Après avoir dressé les contraintes et le matériel à insérer dans le dépliant, on s’assoit devant l’ordinateur, et on crée! Mais ce n’est pas toujours aussi facile, et ca peut demander du temps. Il faut intégrer tout ce texte, les photos – parfois de mauvaise qualité – en respectant les choix du client et les contraintes d’impression, et il faut mettre ca beau! Tout en ne dépassant pas le budget, donc le temps alloué.

Lorsque le client ne fournit pas le matériel (texte et photos), il faut prendre le temps de faire les recherches de visuels et la coordination avec le département de rédaction et possiblement de traduction.

Lors d’un gros projet comme un livre, on fera souvent une maquette de la grille de design, afin de la faire approuver.
Pour les plus petits documents, la première épreuve fait souvent office de maquette comme point de départ pour les changements du clients.

Cette étape est certainement la plus longue, car elle demande recherche et création. Allouez quelques jours pour un petit projet avec matériel fourni, jusqu’à plusieurs semaines pour un gros projet de plusieurs pages.

Envoi au client et première passe

De nos jours, on envoie très rarement des épreuves imprimées pour faire corriger le document par le client. Un PDF ou même un JPG de basse résolution (pour éviter la copie ou l’impression directe sans notre consentement) envoyé par courriel suffit. Il existe également plusieurs outils pour nous aider à communiquer avec nos clients, tel que InVision qui permet de mettre des maquettes, images et designs en ligne pour permettre à toute notre équipe de les commenter. Les PDF peuvent aussi être commentés directement, re-sauvegardés et renvoyés à l’infographiste qui verra exactement où vous souhaitez la correction. En web, je travaille aussi beaucoup avec les captures d’écran pour donner des notes et commentaires clairs sur des bouts d’images. Jing est celui que j’utilise car c’est une application en elle-même, mais il y a aussi Lightshot qui est populaire. Il peut être installé dans votre naviguateur (Chrome du moins) pour faire des captures dans votre naviguateur seulement, mais aussi comme application à part entière, pour capturer n’importe quoi qui apparaît à l’écran.

Corrections

Une fois que le client envoie ses corrections et/ou des fichiers supplémentaires, on lit bien le courriel (ou commentaires sur les fichiers), vérifie qu’on comprend bien ce qu’il y a à faire et que les fichiers sont les bons et travaillables.

On peut donc procéder aux corrections et renvoyer une nouvelle épreuve.

La plupart des infographistes limitent leurs contrats à 3 passes de corrections pour éviter les débordements de temps, ce qui, si on ne s’entend pas dès le départ, peut causer des problèmes lors de la facturation.

Envoi à l’impression

Une fois que le document est approuvé par le client, on est maintenant prêt à envoyer chez l’imprimeur! YÉ! 🙂

Avant tout, on vérifie que toutes les images sont bonnes pour l’impression (on risque d’avoir des surprises au niveau des couleurs si elles sont en RGB et non en CMYK), on élimine tous les éléments superflus (notes, etc) qui ne sont pas nécessaires à l’imprimeur.

Ensuite, on rassemble tous les fichiers nécessaires pour l’impression dans un dossier, on compresse («zip») le dossier et on envoie chez le fournisseur soit via son site web, par courriel ou parfois via un service FTP.
Plusieurs imprimeurs acceptent maintenant les PDF haute résolution prêts à l’impression.

Livraison

Même si ce n’est pas toujours possible, la meilleure pratique est de faire livrer le produit fini chez soi, afin de vérifier que tout est conforme et à son goût. On pourra ensuite aller livrer directement chez le client nous-même, pour un service personnalisé et voir le visage de satisfaction du client! 🙂


Chaque étape peut varier en longueur, selon le travail à effectuer. Le tarif peut donc être très variable d’un projet à l’autre et même d’un client à l’autre. Ne soyez donc pas surpris qu’on vous réponde «ça dépend» quand vous nous demandez «combien ça coûte faire un dépliant?» 😉

LinkedIn Pinterest
Notice: Undefined index: gp in /home/watchoutdesign/public_html/wp-content/themes/kalium/inc/laborator_functions.php on line 153

Share your thoughts